Arnaud et Lydie : OFII, préfecture, Aide Sociale à l’Enfance, Croix Rouge : l’horreur !

Droit Au Logement Vienne (86)

Droit Au Logement Vienne (86)

Lydie 30 ans et Arnaud 15 ans, frère et sœur d’origine congolaise en demande d’asile ont enfin dormi à l’hôtel les nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche. Soit 23 jours de galère infligée par les autorités, OFII en tête mais aussi par la préfecture, l’Aide Sociale à l’Enfance et la Croix Rouge et avec la complicité du CCAS et de la municipalité… Toutefois, le compte n’y est pas : n’ayant plus qu’une seule nuit, celle de ce soir, ils ne savent pas ce qu’ils deviendront demain et ils doivent encore se débrouiller pour trouver à manger.

Arrivés à Paris le 22 mai dernier, Lydie et Arnaud qui fuyaient la guerre du Congo et l’esclavage en Angola avec tout leurs lots d’horreurs, ont pris le train pour Angoulême. Arrivés dans cette ville un burkinabé avec qui ils avaient sympathisé à la gare leur a dit qu’il fallait aller voir la Croix Rouge pour être pris en charge. Ce qu’ils ont fait. La Croix Rouge d’Angoulême les a informés à son tour que les demandes d’asile s’effectuant sur Poitiers, il fallait qu’ils se rendent dans cette ville. La Croix Rouge d’Angoulême leur a payé un billet de train pour Poitiers et leur a conseillé de faire le 115 en arrivant.

Poitiers 22 mai 16h : Arnaud, qui parle français beaucoup mieux que sa sœur, appelle le 115 et on lui répond qu’il n’y a pas de place. Ils dorment donc dans la rue près de la gare.

Le lendemain, 23 mai, un noir africain rencontré leur dit d’aller à l’OFII, qui est, comme c’est bizarre, à 3 bons km de la gare et du centre ville, 86 avenue du 8 Mai 1945. Ce qu’il font à pied. Rappelons que du fait des sévices qu’elle a subit, Lydie a du mal à rester debout et à marcher… Arrivés à l’OFII, on leur dit qu’aujourd’hui ils ne reçoivent pas de demandeurs d’asile. Arnaud et Lydie disent qu’ils viennent de dormir dans la rue et on leur répond d’appeler le 115. Arnaud et Lydie disent que c’est ce qu’ils ont fait hier et qu’il n’y avait pas de place. On leur a répondu qu’il fallait encore et toujours appeler le 115. Arnaud et Lydie sont donc retournés à pied à la gare soit 3 nouveaux km. Là, quelqu’un les informe qu’il fallait aller à la préfecture. Mais Arnaud et Lydie ne sachant pas où elle se trouvait, et après avoir appelé le 115 et obtenu une réponse négative, ont couché une nouvelle nuit dans la rue près de la gare.

Bien qu’ayant appelé le 115, ils ont dormi quatre autres nuits dans la rue jusqu’à celle de lundi 27 – mardi 28, ce qui fait six longues nuits d’angoisse dans le froid et sous la pluie. Rappelons que nous avons eu un mois de mai très froid : 22 mai : Max 16° Min 8°; 23 mai : Max 13° Min 5°; 24 mai : Max 10° Min 4° ; 25 mai : Max 14° Min 6° ; 26 mai : Max 18° Min 3° ; 27 mai : Max 20° Min 5° ; 28 mai : Max 15° Min 8° ; 29 mai : Max 16° Min 8°, et qu’il a plu tous les jours du 24 au 30 mai avec de fortes précipitations les 24, 27, 28 et surtout 30 mai. De plus, pour couronner le tout, Arnaud et Lydie n’ont pas mangé ni se sont lavés pendant cinq jours ayant seulement un peu d’eau pour boire obtenue auprès de commerçants.

Lundi 27 mai : Arnaud et Lydie vont à pied à la Croix Rouge, qui est, comme c’est bizarre ! à 4 bons km du centre ville, 9 rue Lavoisier. La Croix Rouge leur a donné à manger, a envoyé une fiche de « recueil des informations préoccupante » à l’ASE, Arnaud étant mineur, et leur a donné l’adresse de la préfecture. Et comme le froid avait provoqué un torticolis à Arnaud, la Croix Rouge leur a conseillé de demander des couvertures au 115 s’ils avaient un refus et les a orientés vers le Relais Charbonnier pour qu’ils voient un médecin et qu’ils prennent une douche. Une personne de la Croix rouge les a amenés en voiture au Relais Charbonnier où ils se sont lavés pour la première fois depuis longtemps, ont vus un médecin et ont eu des médicaments. Ils ont aussi vu une assistante sociale. Arnaud et Lydie bien qu’ayant appelé le 115 ont dormi une nouvelle fois dans la rue le soir. Lorsqu’ils ont demandé des couvertures, le 115 leur a dit de venir les chercher au CHUS. Ils ont dormi dehors, sous la pénétrante pas loin du CHUS comme ça le lendemain matin, ils pliaient leurs couvertures, sonnaient au CHUS et les leur rendaient…

Mardi 28 mai : Arnaud et Lydie ont enfin trouvé la préfecture et s’y sont rendus le matin. On leur a donné un rendez-vous pour leur démarches le… 28 juin, soit un mois plus tard ! Arnaud et Lydie leur ont dit qu’ils étaient à la rue mais la personne de la préfecture leur a répondu qu’elle ne pouvaient rien pour eux et leur a donné les adresses du Toit du Monde et de la Croix Rouge.

L’après-midi, Arnaud et Lydie se sont rendus une nouvelle fois à l’OFII où ils ont obtenu un rendez-vous pour le… 19 juin, soit 22 jours plus tard ! Arnaud et Lydie ont encore parlé de leur situation difficile, qu’ils dormaient dans la rue et n’avaient rien à manger. mais l’OFII leur a simplement répondu qu’il fallait appeler le 115 tous les jours. Arnaud et Lydie ont demandé aussi des tickets de bus et l’OFII leur a répondu qu’ils n’en avaient pas. Ils sont donc repartis à pied soit 3 autres km… Ils ont fait la manche et demandé de l’eau aux commerçants du centre-ville. Puis ont appelé le 115 et là miracle, on leur a dit qu’il y avait de la place pour eux. Ils ont eu du pain à manger et des spaghettis et ont pu enfin dormir au chaud et au sec.

Le lendemain mercredi 29, le CHUS leur a donné des tickets pour manger au Relais Charbonnier et ils sont sortis. Lorsqu’ils ont appelé le 115, on leur a dit qu’il n’y avait pas de place pour eux et le 115 leur a donné des couvertures et ils ont dormi pour la septième nuit sous la pénétrante.

Jeudi 30 mai matin : Arnaud et Lydie se rendent au Toit Du Monde qui, après avoir pris des renseignements auprès de la Croix Rouge, fait un nouveau signalement à l’ASE. En effet, puisque Arnaud est mineur et que sa sœur n’est pas son représentant légal, le CHUS dit ne pas pouvoir l’héberger. Et d’un autre côté l’Aide Sociale à l’Enfance refuse car ce n’est pas un mineur isolé et ils ne veulent pas héberger sa sœur. Devant l’impasse et après avoir un nouvelle fois téléphoné au 115 et essuyé un refus, pour ne pas qu’Arnaud et Lydie dorment dans la rue une nouvelle fois, le Toit Du Monde a contacté le DAL86 pour trouver une solution au squat l’Etape. Arnaud et Lydie ont toutefois appelé le 115 et comme ils avaient encore un refus, lorsqu’ils ont demandé des couvertures, on leur a dit qu’ils n’en auraient pas et qu’il fallait qu’ils voient avec l’ASE.

L’après midi 16h15 : arrivée d’Arnaud et Lydie au squat l’Étape. Le ménage est fait dans une pièce au rez-de-chaussée, on trouve des matelas et des couvertures, et comme ils n’avaient pas mangé depuis le bout de pain et les spaghettis de la veille, les habitants du lieu qui n’ont déjà pas assez pour eux-mêmes, les roms les premiers, leur font à manger et leur offrent le café. A partir de ce moment, ils seront systématiquement pris en charge par la communauté jusqu’à ce que certains leur montrent comment se débrouiller pour trouver de la nourriture aux Secours catholique et populaire, avec la maraude, dans les poubelles…
Le Dal86 fera un communiqué dans la soirée pour dénoncer cette situation kafkaïenne inadmissible Squat l’Étape : Tous au tribunal d’instance le 31 mai à 10h45 pour soutenir les assignés « De qui se moque-t-on ? Écrivait-on. Il faut que la Croix Rouge et l’Aide Sociale à l’Enfance arrêtent de balader les gens ainsi et de les exposer à de graves dangers. Surtout que l’OFII leur a donné un rendez-vous pour examiner leur situation le… 19 juin et la préfecture le… 28 juin. Vingt-huit long jours et nuits à la rue avant leur rendez-vous à l’OFII et trente sept longs jours et nuits à la rue avant leur rendez-vous à la préfecture, et ce pour un mineur de 15 ans, c’est carrément criminel ! »

Lundi 3 juin : Sur conseil du Dal86, Arnaud et Lydie envoient à la préfète de région par lettre recommandée une demande d’accès à la veille sociale en vue d’un hébergement d’urgence et le Dal8-86 une demande de prise en charge par le dispositif de veille sociale.
La Nouvelle République parlera de ce scandale dans son édition du jour : POITIERS Squat de l’Étape : délibéré le 28 juin NR 03-06-13 « Cette adresse [le squat l’Etape] est devenue une sorte de 115 bis, le point de chute des refoulés de l’hébergement d’urgence, ceux qui ne trouvent pas de proposition d’hébergement lorsqu’ils contactent le 115. Ainsi, la semaine dernière, c’est le cas d’une Congolaise et de son frère mineur qui a ému et choqué plusieurs associations. « Ils dormaient sous les ponts de la Pénétrante, raconte la Cimade. Le 115 disait ne pas pouvoir prendre une majeure et un mineur, le service de l’aide sociale à l’enfance disait qu’ils ne prennent que les mineurs isolés et comme il a une sœur majeure, il n’est pas isolé ! On a fini par leur donner l’adresse du squat. »
On en parlera même au Conseil municipal du soir quand Maryse Desbourdes interpellera la maire de Poitiers concernant l’assignation au Tribunal administratif qu’il a faite aux habitants du squat : « Je suis intervenue contre les expulsions des squats, CLAEYS ne s’est pas énervé, il a fait sa réponse habituelle, on ne peut pas laisser des gens dans des locaux insalubres et je n’accepte pas que des associations instrumentalisent des gens en précarité, ensuite JF MACAIRE et BERTHIER ont repris la même argumentation. J’ai repris la parole pour leur demander ce qu’ils allaient faire pour ces familles, pour que le 115 réponde positivement aux demandes d’urgences, je n’ai pas eu de réponse.
Ils parlent des actions du DAL sans jamais le nommer et se retranche derrière la sécurité pour laisser pourrir la situation. LAMENTABLE !
C FRAYSSE a pris la parole mais s’est fait « vertement  » rabrouée. Le message : ne soutenez pas des associations qui manipulent, elle n’a pas insisté
. » SITE DU NPA86
Voir l’article de fond de Centre presse du 7 juin : Les familles de Roms sont-elles instrumentalisées? Centre Presse 07-06-13

Mardi 4 juin : Sur conseil du Dal86, Arnaud et Lydie, prennent un avocat en vue de faire un référé liberté. L’avocate sera en contact étroit avec le Toit Du Monde. Personne ne voulant qu’Arnaud et Lydie soient séparés, Arnaud risquant d’être placé et Lydie d’être prise en charge au CHUS, leur équilibre psychologique risquant d’être très affecté.

Vendredi 7 juin : article de Centre presse : Les familles de Roms sont-elles instrumentalisées? Centre Presse 07-06-13 « Alain Claeys s’adressant à Maryse Desbourdes : « Arrêtez d’emmener les gens dans des lieux dangereux ! ». Cette dernière rappelle pourtant l’histoire de cette Congolaise et de son frère mineur: « Ils dormaient sous la pénétrante la semaine dernière. Faute de place dans un hébergement d’urgence, les associations ont donné l’adresse du squat ». Pour l’élue du NPA, un toit c’est mieux qu’un pont. « Et vous Monsieur le maire, vous dormiriez sous un pont? » »

Mercredi 12 juin : Le Toit Du Monde appelle une Assistante Sociale de la Maison De la Solidarité et conseille à Arnaud et Lydie d’aller la voir. Entretien constructif, l’AS en réfère à son chef et à l’ASE. On sent que ça va bouger…

Jeudi 13 juin : quand ils ont appelé le 115 à 16h18, on a dit à Arnaud et Lydie qu’il fallait qu’ils aillent de suite à l’OFII. Ils y sont allés à pied et y sont arrivés vers 17h30. On leur a dit de repasser le lendemain. Lorsqu’Arnaud et Lydie ont dit qu’ils étaient venus à pied (soit 6 km aller-retour!) et que le lendemain ce serait pareil (soit 6 autres km aller-retour!) l’OFII a appelé Vitalis qui n’a pas voulu leur donner de tickets…

Vendredi 14 juin : Arnaud et Lydie sont repartis à l’OFII à pied le matin. Ils sont arrivés à 11h devant l’OFII et ont attendu 14h30, l’heure de leur rendez-vous, pour entrer. Ils sont reçu et alors qu’il étaient en train d’expliquer leur situation, le Toit Du Monde les appelle sur leur portable et leur demande s’ils ont des nouvelles de leur avocate. Et là, la personne qui les reçoit devient inquisitrice et semble même se fâcher. Mais qui vous a donné ce téléphone ? Le Dal, répond Arnaud. C’est quoi cette histoire d’avocat ? Pourquoi vous êtes allés si vite ? Elle a ensuite demandé de lui passer le téléphone pour parler au Toit du Monde. Après, l’interrogatoire inquisiteur a continué. Où est-ce que vous couchez ? Au squat l’Etape, répond Arnaud. Mais c’est dangereux leur dit-elle. Ce qu’elle répétera à l’Assistante sociale qui a appelé : ce n’est pas prudent de dormir dans le squat, lui a-t-elle dit. Ce à quoi l’assistante sociale a répondu que c’était mieux que de dormir dans la rue. Après, ils se sont bougés. Ils ont appelé les services, ont obtenu un rendez-vous à la préfecture pour le 20 juin, ont trouvé l’hôtel jusqu’à dimanche Et leur ont donné un nouveau rendez-vous lundi 17 juin à 9h30. Ils ont aussi donné 4 tickets de bus, 2 pour revenir au centre-ville et 2 pour y aller lundi…

 

Alors qu’il y avait un mineur en grand danger, du 22 mai au 14 juin il s’est écoulé 23 jours durant lesquels rien ou presque n’a été fait. Pire, la prise en charge, limitée et partielle rappelons-le puisqu’ils sont à l’hôtel seulement trois nuits et n’ont pas à manger, est intervenue 15 jours après que la Croix Rouge, le Toit du Monde et le Dal aient tiré les sonnettes d’alarme. Dans un précédent communiqué nous faisions l’hypothèse que les mauvais traitements infligés aux migrants : l’expulsion des squats, l’indignité et les carences du CHUS, l’impuissance du SIAO, le défaussement du social sur le caritatif, – nous pourrions rajouter maintenant les rendez-vous lointains, le dépaysement des administrations et associations d’aide et le fait de se renvoyer la balle entre institutions – mais aussi la violation des droits élémentaires des personnes, les discriminations, les procédures administratives ubuesques et les « dysfonctionnements » des services de la préfecture, le torpillage des associations de soutien et d’accompagnement, la désactivation des services sociaux… participe à l’entreprise de dissuasion et d’intimidation des migrants et autres indésirables. Le but des autorités (préfecture-mairie-conseil général) étant, au mieux, de ne pas faire un appel d’air, au pire de passer la patate chaude.

L’histoire d’Arnaud et Lydie est emblématique. L’inhumanité de cette entreprise de dissuasion et d’intimidation des migrants et autres indésirables, même si elle est connue des associations de soutien, n’est apparu jamais aussi clairement à la vue de tous que dans leur dossier.

Vu le traitement lamentable de ce dossier, nous exigeons que Lydie et Arnaud soient pris en charge TOTALEMENT et de manière CONTINUE. Nous exigeons qu’ils ne soient pas séparés, il faut arrêter les dégâts !

Nous exigeons que les autorités (et leurs sbires) arrêtent IMMEDIATEMENT leur entreprise de dissuasion et d’intimidation des migrants et autres indésirables. Halte aux traitements dégradants et inhumains. Respect des lois et de la dignité des personnes !

Annulation des procédures d’expulsions des squats – Un logement pour tous !

Annulation des procédures d’expulsions – Régularisation de tous les sans papiers.

Nous ne lâcherons rien !

 

Revue de presse :

Rue d’Oléron, la Ville vend un de ses immeubles NR 03-04-13
Poitiers: un bâtiment du centre-ville occupé par une famille roumaine soutenue par le DAL France3 07-04-13
La vente des locaux de l’ex-foyer de l’Etape : une vraie provocation à l’égard des sans logis et mal logés Dal86 07-04-13
Squat l’Etape : halte aux intimidations ! Dal86 16-04-13
–  Squat du foyer L’Étape : le bras de fer engagé NR 17/04/2013
ROMS : à Poitiers comme ailleurs une situation indigne et inacceptable ! DNSI 18-04-13
POITIERS Squat rom à L’Étape : les écologistes interpellent le maire et le préfet NR 18-04-13
Squat rom : un foyer à réactions NR 19/04/2013
Non à l’expulsion des familles de Roms ! NPA 19-04-13
Déclaration de la Ville de Poitiers concernant l’occupation du 6 rue d’Oléron 19-04-13
Squat de l’Etape : communiqué du 21-04-13 Dal86
Squat l’Etape : tous au tribunal d’instance vendredi 3 mai 2013 à 9h Dal86 24-04-13
Lettre du Collectif des familles et des personnes seules du squat l’Etape au maire de Poitiers 30-04-13
Appel au soutien du Collectif des familles du squat l’Etape Dal86 01-05-13
Réponse du maire de Poitiers au Collectif des familles de l’Etape 03-05-13
POITIERS Squat du foyer L’Étape : la mairie réclame 10.000 € aux occupants NR 03/05/2013
POITIERS Squat de L’Étape : renvoi au 17 mai 04/05/2013
Deuxième lettre du Collectif des familles et des personnes seules du squat l’Etape au maire de Poitiers 06-05-13
Le maire de Poitiers élude la demande d’audience du Collectif des familles du squat l’Etape Dal86 09-05-13
Squat l’Étape : Tous au tribunal d’instance le 17 mai à 9h pour soutenir les assignés Dal86 12-05-13
Un nouveau squat pour un énième débat 13/05/2013
Propos du secrétaire général de la préfecture France3 13-05-13
POITIERS Squat du Plateau des Glières : la ville de Poitiers était déjà intervenue NR 14/05/2013
Pour défendre la cause des Roms NR 20/05/2013
Solidarité avec les familles du squat Des Glières Dal86 20-05-13
Cause commune Jeudi 23 Mai à 20h30 au Dietrich Dal86 23-05-13
Logiparc : la honte ! Dal86 26-06-13
POITIERS La cause des Roms fait salle comble au Dietrich NR 29/05/2013
Squat l’Étape : Tous au tribunal d’instance le 31 mai à 10h45 pour soutenir les assignés Dal86 30-05-13
Squat l’Etape : Petit compte rendu de l’audience de ce matin au TI Dal86 31-05-13
POITIERS Squat de l’Étape : délibéré le 28 juin NR 03-06-13
Manifestation 5 juin 17h30 Palais de justice
Pour la régularisation des sans-papiers NR 06-06-13
Les familles de Roms sont-elles instrumentalisées? Centre Presse 07-06-13
Le squat de l’avenue du Plateau-des-Glières a 2 mois pour déloger NR 10-06-13
Annulation de l’OQTF de cette mère de famille rom ! Dal86 12-06-13
L’expulsion du squat des Glières participe à l’entreprise de dissuasion et d’intimidation des migrants et autres indésirables Dal86 12-06-13
ALERTE : Florin doit revenir auprès de sa femme et de ses enfants ! Dal86 13-06-13

Le camp de Roms de Dompierre-sur-mer (17) livré aux engins de destruction Sud Ouest 20 août 2010
«Il est urgent de remettre en cause le droit absolu à la propriété» Libération 21-05-13
– Roms : quand les mairies expérimentent des solutions concrètes Libération 11-05-13

Les habitants du squat l’Etape ont besoin :

– de nourriture ;
– de matelas et de sommiers, de couvertures, de meubles, de tables de chaises ;
– de vêtements et de chaussures (adultes et enfants de 1 ans à 15 ans)
– d’ustensiles de cuisine, d’assiettes de verres de couverts ;
– de gazinières, plaques de cuisson et réchauds, de machines à laver le linge, de réfrigérateurs ;
– de produits et ustensiles de toilette, d’entretien ;
– d’outils, de matériel, de produits de fabrication et réparation,
– de téléphones portables désimlockés ou « tout opérateurs »
– de fournitures scolaires et matériel informatique ;
– de jouets et de jeux pour les enfants et les adultes :
– …

→ les ustensiles, machines et outils peuvent bien sûr être seulement prêtés.

Un toit pour tous avec ou sans papier

Vous pouvez aussi aussi faire un don. Chèques à l’ordre du DAL86 a envoyer à DAL86, Maison de la Solidarité, 22 rue du pigeon blanc 86000 POITIERS en précisant au dos « Squat l’Étape ».

Pour tous renseignements : dal86@free.fr ou au 05 49 88 94 56 (laisser un message nous vous rappellerons)

DAL86dal86@free.fr – 06 52 93 54 44 / 05 49 88 94 56

Permanences : tous les samedis matin de 11h à 12h et tous les mardis soirs de 17h à 18h Maison de la Solidarité 22 rue du Pigeon Blanc Poitiers

Lien Permanent pour cet article : https://dal86.fr/2013/06/16/arnaud-et-lydie-ofii-prefecture-aide-sociale-a-lenfance-croix-rouge-lhorreur/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*