Famille Abgaryan : Un nouveau mouvement de mobilisation qui pourrait prendre de l’ampleur

Droit Au Logement Vienne (86)

Droit Au Logement Vienne (86)

Plus de 80 personnes se sont réunies samedi 22 février sur le parking devant le restaurant Universitaire Rabelais, pour soutenir la famille Abgaryan contre laquelle la préfecture s’acharne avec la brutalité qu’on lui connaît. La grande majorité étaient des personnes proches scandalisées par ces mauvais traitements : des membres de la section de natation synchronisée de l’ASPTT Poitiers, des parents d’élèves et des enseignants du collège Ronsard et de l’école Coligny-Cornet où sont scolarisés les enfants, des amis… Ils étaient soutenus par des militants associatifs et politiques : Cimade, Secours populaire, Resf86, Dal86, EELV, les Alternatifs… La presse, France 3 et la Nouvelle République – Centre Presse était aussi présente.

Malgré cela les pouvoirs publics n’ont pas voulu céder et Monsieur Agbarayan a été maintenu en rétention par le juge des libertés pour 20 jours supplémentaires.

Les soutiens de la famille ont toutefois fait circuler une pétition qu’on ira déposer à la préfecture lundi 24/02 à 14h avec les autres pétitions déjà faites en particulier cette fabuleuse pétition des élèves du collège qui comporte pas moins de 169 signatures.

Merci de venir soutenir par votre présence la famille Abgaryan et d’en parler et de diffuser massivement cette information autour de vous.

Quelques commentaires :

Le père de famille est tombé lundi 17 février dans un véritable traquenard tendu par la police. Comme expliqué dans le communiqué de la Cimade, « Lors d’un contrôle routier Monsieur Abgaryan montre son permis de conduire rédigé en russe. Les policiers lui demandent alors de passer au Commissariat pour vérification de ce permis. Il se rend donc à cette convocation, mais arrivé au commissariat de Poitiers, il n’est plus question de vérification du permis mais de sa situation administrative… ». Il est arrêté et, alors qu’il est régularisable puisqu’il entre très clairement dans le cadre de la circulaire Valls, la préfecture lui  donne une OQTF, puis la police le conduit au centre de rétention (CRA), cette prison pour étrangers, de Bordeaux.

La police de Poitiers est coutumière de tels procédés VOIR. Mais le scandale n’est pas que là. Il est clair, comme le titre La Cimade, que « la Préfecture de la Vienne pratique l’arbitraire absolu pour l’application de la circulaire Valls ». La politique « sociale » de la préfecture est ségrégationniste et déportationniste. Pour que les bons poitevins puisent vivre entre eux, il faut se débarrasser des sans papiers et autres indésirables. Pour cela, il faut mettre en œuvre une politique répressive pour amener les importuns à quitter Poitiers et une politique dissuasive pour empêcher que les sans papiers et indésirables d’ailleurs ne viennent à Poitiers. Les mauvais traitements infligés à la famille Abgaryan entrent dans ce cadre-là. Comme à tous les sans papiers et autres indésirables, il faut leur pourrir la vie continuellement, les empêcher de subvenir à leurs besoins, de vivre décemment, saboter tout ce qui peut l’être, dénigrer ce qu’ils font et ce qu’ils sont, les harceler et les terroriser afin qu’ils se sentent en insécurité et qu’ils craquent et fuient Poitiers sans demander leur reste.

Non, comme beaucoup d’autres, les Abgaryan resteront à Poitiers. Bien plus cette politique débile de la Préfecture peut se montrer contre productive car elle a tendance à multiplier les mobilisations. Après la mobilisation pour Manadou Camara le 12 février dernier,  celle d’hier 22 février, soit 10 jours après, a toutes les chances de conduire aux mêmes résultats : annulation de l’OQTF et obtention d’un titre de séjour.

Nous ne nous permettrons pas de donner des conseils tactiques à la préfecture mais, selon nous, dès qu’elle a eu vent vendredi soir que les membres de la section de natation synchronisée de l’ASPTT Poitiers, les parents d’élèves et des enseignants du collège Ronsard et de l’école Coligny-Cornet ont décidé de créer un comité de soutien et de faire une conférence de presse le samedi à14h, elle aurait dû immédiatement calmer le jeu et annuler l’OQTF et permettre à M. Abgaryan de revenir dans sa famille à Poitiers. Comme elle n’a pas eu l’intelligence de le faire, elle aurait dû réagir hier et s’arranger avec le juge des libertés et de la détention (JLD) pour que M. Abgaryan soit au moins libéré de suite. Le mal est déjà fait mais il reste encore une chance à la préfecture de s’en sortir la tête plus ou moins haute : annuler l’OQTF avant le rassemblement avec remise des pétitions de demain. Plus la préfecture attend et plus elle devra céder. Au lieu de n’être forcée que de libérer M. Abgaryan, il faudra qu’elle annule l’OQTF, puis qu’elle régularise la famille Abgaryan, puis qu’elle annule tous les OQTF et  régularise toutes les familles qui de proche en proche vont entrer nécessairement dans la lutte.

En effet, rien qu’au Dal86, nous connaissons soixante dix enfants soumis à l’acharnement de la préfecture, qui sont soit sous le coup des OQTF de leurs parents soit dans de grandes difficultés concernant le logement (au CHUS « 115 », à l’hôtel, dans des conditions de logement ou d’hébergement indignes…) puisque leur parents n’ont pas de titres de séjours ou des titres de séjours précaires. Nous faisons l’hypothèse que la Cimade et le Toit du monde en connaissent de nombreux autres. Tous ne sont pas scolarisés mais ceux qui le sont, étudient dans de nombreux établissement scolaires de Poitiers, sont dans de nombreux clubs sportifs, fréquentent différentes associations, ont des amis et des voisins…

Hier c’étaient les élèves, parents d’élèves, enseignants et administration du lycée Aliénor d’Aquitaine, aujourd’hui c’est le club de natation synchronisée de l’ASPTT Poitiers, les parents d’élèves et des enseignants du collège Ronsard et de l’école Coligny-Cornet. Demain ce seront les autres enfants dont les parents n’ont pas de titres de séjours ou des titres de séjours précaires scolarisés dans ces établissements. Ces familles fédéreront autour d’elles d’autres familles dont les enfants sont dans d’autres établissements, d’autres clubs sportifs, d’autres associations… Après-demain ce seront les autres enfants dont les parents n’ont pas de titres de séjours ou des titres de séjours précaires scolarisés dans ces autres  établissements.

Mais peut-être est-ce déjà trop tard ? La préfecture de la Vienne intransigeante et revancharde n’ayant pas tiré les leçons de son revers dans le dossier de Mamadou Camara et/ou souhaitant se refaire et reprendre la main, à quelques jours des élections municipales, s’en est prise stupidement à la famille Abgaryan en tendant un traquenard au père, en lui donnant une OQTF et en le conduisant en rétention au CRA de Bordeaux. Mal lui en a peut-être pris.

Mobilisons-nous massivement demain lundi 24 février à 14h devant la préfecture ! Parlez-en massivement autour de vous ! Soyons nombreux !

Et mobilisons-nous encore autant de fois qu’il faudra pour faire échouer cette politique stupide de la préfecture !

PXR_005 PXR_008 PXR_010

 

 

 

 

 

 

 

Revue de presse :

Famille Abgaryan : Conférence de presse du 22 février 2014 France 3 Poitou-Charentes 19h.
(à partir de 1mn55)

Contre l’arrestation  » arbitraire  » du papa arménien NR 23/02/2014

La vérification du permis de conduire finit en expulsion NR-CP 22/02/2014

DAL86dal86@free.fr – 06 52 93 54 44 / 05 49 88 94 56
Permanences : tous les samedis matin de 11h à 12h Maison de la Solidarité 22 rue du Pigeon Blanc Poitiers

 

Lien Permanent pour cet article : https://dal86.fr/2014/02/23/famille-abgaryan-un-nouveau-mouvement-de-mobilisation-qui-pourrait-prendre-de-lampleur/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*