Carte d’identité d’Emil : La préfecture de la Vienne n’a pas le courage d’assumer les conséquences de ses actes

Droit Au Logement Vienne (86)

Droit Au Logement Vienne (86)

Cet après midi à 14h c’était la troisième fois que Dal86 appelait à venir soutenir Emil à qui la préfecture avait confisqué illégalement sa carte d’identité. En effet non contente d’indiquer une date de retenue volontairement falsifiée et des modalités de restitution extrêmement vagues, la préfecture a appliqué à un ressortissant européen une procédure qui ne le concernait absolument pas puisqu’elle ne concerne que des ressortissants de pays tiers. (Pour plus de précisions VOIR)

Ce lundi 20 janvier 2014 à 14h nous étions donc une dizaine de militants du Dal86, roumains, arménien, français…, et cinq policiers en tenue dont un commissaire… devant la préfecture pour accompagner Emil. Nous avons voulu comme la dernière fois y rentrer pour demander d’être reçus. Là, le commissaire nous a interdit l’entrée et nous a dit un peu gêné que, vu ce que nous avions écrit sur notre site et comme nous avions cité son nom, monsieur D’Argent, le directeur de la réglementation et des libertés publiques que nous avions vu la première fois, ne souhaitait pas nous recevoir.

Cela confirme une nouvelle fois, s’il en était besoin, la nature liberticide de l’Etat policier dans lequel nous vivons. On entend de plus en plus distinctement le bruit des bottes puisque non seulement les décisions administratives et de police priment sur les décisions d’une justice qui, il faut le reconnaître, n’est que très rarement en la faveur des plus fragiles et des plus démunis, non seulement, ici comme ailleurs, ces décisions administratives et de police ne sont même pas foutues de respecter les lois et les procédures, mais les hauts fonctionnaires qui sont chargés du sale boulot n’ont pas le courage d’assumer les conséquences de leurs actes et envoient la police, commissaire en tête, pour faire passer le message et se protéger.

Avec un mépris sans bornes, la préfecture de la Vienne continue sans faillir de s’acharner sur ceux qu’elle juge sans doute « indésirables », particulièrement les roms. Soyons vigilants, ne laissons pas faire, c’est une honte ! Et puis n’oublions pas, après eux ce sera nous !

RAPPEL : les quatre habitants de l’ex-squat des Glières qui ont obtenu des Autorisations Provisoires de Séjour de 3 mois sont convoqués à la préfecture mercredi 22 à 9h15 et 14h, jeudi 23 et vendredi 24.

Merci de diffuser massivement autour de vous.

DAL86 – dal86@free.fr – 06 52 93 54 44 / 05 49 88 94 56
Permanences : tous les samedis matin de 11h à 12h Maison de la Solidarité 22 rue du Pigeon Blanc Poitiers

Lien Permanent pour cet article : https://dal86.fr/2014/01/20/carte-didentite-demil-la-prefecture-de-la-vienne-na-pas-le-courage-dassumer-les-consequences-de-ses-actes/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*