Déclarations de la municipalité de Poitiers concernant le logement

– Alain Claeys sur France 3 le 02-04-12 : « Les insurgés [sic] sont venus à Poitiers vendredi, un groupe, ils nous avaient prévenu, ils ont été accueillis par des élus et des services sociaux de la ville, ils sont partis conformément à ce qu’ils avaient dit, hier soir, je crois, ce matin restaient des sans domicile fixe, la police les a délogés de cet emplacement, voilà. Je crois que c’était normal, il n’y a pas de manque de logement pour ces personnes à Poitiers [sic ! concernant l’abstention le maire de Poitiers déclare sans rire que pour lutter contre : « il faut parler vraiment des sujets qui intéressent les français pouvoir d’achat emploi LOGEMENT, santé… » Là encore cherchez l’erreur].

 

– Commentaire de la journaliste sur France 3 Poitou Charentes 02-04-12 19h « du côté de la municipalité on estime qu’il y aurait suffisamment de structures d’accueil à Poitiers pour héberger toutes les personnes sans abri » suivi des propos de Michel Berthier : « on a d’une part des professionnels qui viennent voir régulièrement. Dès qu’on a de nouveaux sans abris qui viennent d’ailleurs par exemple il y a 6 personnes récemment. On sait d’où ils viennent, on les a vus, on leur a proposé des logements dans des structures, que ce soit des CHRS, des logements divers… »

 

– « une polémique infondée sur l’hébergement des sans domicile fixe » « Autant j’ai de l’admiration pour l’action du DAL au plan national, autant là, je ne comprends pas. On ne peut pas cautionner cela. On leur a proposé à tous un logement. Certains ont déjà un logement. Leur parcours on le connaît. La situation du logement et des conditions d’accueil ne s’est pas dégradée à Poitiers. On accepte même les chiens dans certains hébergements et on les fait vacciner ! » NR 03-04-12

 

– « De son côté, la mairie de Poitiers maintient qu’il n’y a pas de problème de prise en charge. “J’ai une reçu une délégation dans l’après-midi”, indique l’adjoint en charge de la cohésion sociale, Michel Berthier. “On m’a donné le nom de cinq personnes qui auraient des problèmes de logement. On a proposé quelque chose à ces cinq personnes.” » NR 03-04-12

 

– « Une affirmation [Nous estimons que la mairie de Poitiers n’a pas pris la mesure des problèmes] fermement contestée par Michel Berthier, adjoint au maire en charge de la cohésion sociale.
Hier après-midi, un dialogue informel s’est finalement noué.
« Je suis allé à leur rencontre, devant la mairie. Et puis j’ai reçu une délégation dans l’après-midi. On m’a donné le nom de cinq personnes qui auraient des problèmes de logement. On a proposé quelque chose à ces cinq personnes. Une n’a pas voulu du logement trop petit à son goût, l’autre ne voulait pas de l’accompagnement social qui allait avec. »
L’élu a proposé au DAL de lui organiser une visite des foyers et structures d’hébergement existantes. Une manière de faire tomber les a priori.
« J’ai appelé le DAL national à propos de la situation actuelle », ajoute Michel Berthier. « A Poitiers, leur position ne correspond pas à la réalité. Ils se sont construits une autre réalité. » NR 04-04-12

 

« Pour répondre aux critiques du DAL (Droit au logement), les acteurs du logement social ont voulu (re) montrer ce qui se fait à Poitiers.

« Les dortoirs de 50 personnes, ça n’existe plus à Poitiers », explique Jean-Claude Servouze, le président de l’Entraide sociale poitevine (*). Et d’ajouter fermement : « Le logement social n’est pas en tension sur la ville. Il y a des solutions pour chacun ». Une mise au point en écho au DAL86 (Droit au logement) qui depuis le week-end dernier fait beaucoup parler de lui avec son campement sauvage devant Notre-Dame et son intrusion dans la mairie (lire nos précédentes éditions). L’association soutient cinq personnes qui auraient des problèmes de logement. Même s’il admet « des lacunes », Michel Berthier, adjoint à la cohésion sociale, a invité le DAL à visiter les structures d’hébergement existantes comme celle de la Maison Relais de la rue d’Osmoy. Il attend toujours. Jean-Claude Bonnefon, conseiller à la tranquillité publique, va plus loin en estimant que « le DAL peut être un partenaire supplémentaire » sur la question du logement social. L’appel est lancé.
« Les cinq personnes qui veulent un logement refusent ce que nous leur proposons, se désole l’adjoint au maire, mais nous ne leur donnerons pas un appartement sans accompagnement ». Ce qui permet à Jean-Marc Jouve, le directeur de l’entraide sociale poitevine, de rappeler le principe d’un logement social : « C’est un contrat entre la personne et nous, mais il y a des gens qui n’acceptent pas les règles du jeu ».

 

– « Nous avions 252 inscrits répertoriés l’an passé. Avec toutes les possibilités d’accueil de la ville, nous estimons qu’au maximum une dizaine de personnes couche dehors. » Carol Chil Rassinoux, l’une des deux éducatrices de rue du CCAS dans la NR du 14-04-12

 

– ” Il y a des logements pour accueillir les personnes en difficulté “

« « Je ne comprends pas cette attitude qui vise à nous mettre en difficulté sur les questions de logement, indique Michel Berthier, adjoint au maire en charge de la cohésion sociale. Contrairement à ce que dit le DAL (Droit au Logement), nous avons à Poitiers suffisamment de logements pour accueillir les personnes en difficulté. Je ne veux pas dresser un tableau idyllique car la période que nous connaissons n’est pas facile. Mais Poitiers n’est pas la région parisienne. Avec les éducateurs de rues, le Relais Georges-Charbonnier, l’Entraide sociale poitevine, la Croix Rouge… nous sommes à même de répondre à la demande. Et nous avons mis en place des parcours résidentiels de manière à accompagner ceux qui ont besoin d’un logement. Ils ne sont pas livrés à eux-mêmes, mais véritablement aidés dans toutes les démarches de la vie quotidienne. L’Entraide sociale poitevine, par exemple, octroie 60 % de son budget à l’accompagnement des personnes suivies dans un parcours résidentiel. »

L’adjoint au maire regrette que le DAL milite pour des logements autonomes. « Il pourrait finir par convaincre certaines personnes que nous accompagnons. Cela nous met en difficulté. » L’adjoint au maire a, par ailleurs, rencontré des voisins du squat, inquiets pour leur tranquillité. » NR 26-04-12

 

– « La mairie assure que ses services font tout ce qu’il faut [pour trouver des solutions de logement pour les sans logis]. » NR 28-04-12

 

 

Lien Permanent pour cet article : https://dal86.fr/2012/07/18/declarations-de-la-municipalite-de-poitiers-concernant-le-logement/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

*